les 10 blogueuses les 10 associations le blog

Valériane van der Noordaa

Depuis de nombreuses années dans le secteur du luxe et aujourd’hui responsable international des relations presse pour Dior, Valérianne est née à Vevey en Suisse, c’est un vrai « bébé Nestlé » – Vevey étant la maison-mère de Nestlé où son père a travaillé pendant 20 ans – elle passe les 17 premières années de sa vie entre la Suisse, la France, le Canada et les Etats-Unis. Bilingue depuis le plus jeune âge et forcée de s’intégrer à chacune de ses escales, elle développe une grande capacité d’adaptation qui lui sera d’une grande aide par la suite. En 1986, son papa se lance un défi  » monter sa propre boîte de brokers aux Etats-Unis ». Elle découvre alors les plages de Californie, les après-midi à Central Park et s’inscrit à la fac pour réaliser son rêve : devenir journaliste. Après une expérience peu concluante en cours de journalisme et une peur bleue de la page blanche, toujours passionnée par les médias, elle en conclut que le poste de rédactrice en chef lui convient comme un gant… Mais trois ans plus tard, retour forcé en France chez ses grands-parents. Difficile d’affronter ce changement brutal de mode de vie où le rôti cuisait dès 10 heures du matin… Désireuse de prendre son indépendance, elle quitte le cocon familial et répond à une petite annonce chez Agnès.b « recherche vendeuse à mi-temps ». A ses 18 ans, c’est ensuite Agnès b elle-même qui lui met le pied à l’étrier et lui propose de prendre le poste d’assistante au service de presse. Depuis ce jour, elle n’a pas arrêté : Agnès b, Kenzo, Escada, KCD et enfin Dior depuis 2005 où sa route était déjà toute tracée. Elle ne regrette rien et s’avoue chanceuse d’avoir rencontrer des personnes extraordinaires tout au long de son parcours. Aujourd’hui il lui reste tout de même quelques défis à relever : Science Po (comme son papa) et faire de la télé ou créer son propre journal !

Valérianne a choisi Les Pièces Jaunes.

« Parce qu’un enfant c’est la vie, l’innocence, l’énergie et  l’avenir …
Parce qu’il faut permettre aux enfants malades de continuer à rire, à apprendre, à bouger et tout simplement à vivre ! »

Voir tous les articles de Valériane van der Noordaa

line